Hackathon Lability - Laboratoire de recherche et d'innovation F/H

Je m'inscris
  • Date de début de la formation :  février 2022

  • Lieu Paris

  • À partir du 02.02.2022

Le laboratoire

Le Smart Lab LABILITY est un laboratoire de recherche et d'innovation éphémère. Des chercheuses et chercheurs engagés par l'Université Gustave Eiffel

  • analysent l'impact de la crise sanitaire sur l'organisation du travail et sur l'évolution de la mobilité des personnes et des marchandises dans la région francilienne ;
  • étudient les réponses apportées à la crise par les entreprises et la société ;
  • et valorisent les résultats de leurs travaux auprès des acteurs publics et privés.

Les thématiques du Hackathon

Thématique 1 : De nouveaux lieux du travail

Avec le développement massif et durable du télétravail, les lieux du travail évoluent.

  • quelles solutions permettraient de garantir aux télétravailleurs des conditions de travail satisfaisantes « hors les murs » ?

En particulier en adressant les sujets suivants :

  • Coût du télétravail et sa prise en charge
  • Inégalité du maillage du territoire et donc d’accessibilité
  • Qualité de l’environnement de travail (poste de travail, environnement, sécurité, confidentialité…)

  • Quelles solutions pour développer l’offre de lieux d’accueil pour les télétravailleurs (tiers lieux au sens large, c’est-à-dire en dehors du bureau et du domicile) avec des modèles économiques viables et pérennes.

En particulier en adressant les sujets suivants :

  • Modèles actuels de tiers lieux coworking sous-occupés ou non viables du point de vue économique,
  • Contraintes de construction qui peuvent être un frein à la reconversion ou à la flexibilité des espaces,
  • Nouveaux modèles de mutualisation des espaces offrant beaucoup plus de souplesse et de réactivité (entre voisins, mise à disposition lors des déplacements de l’occupant, …)

Thématique 2 : De nouveaux modes de management des organisations :

La crise a largement mis en tension les organisations, avec des conséquences encore mal évaluées. Son caractère soudain et imprévisible ainsi que le développement du travail à distance, d’équipes « éclatées » et de salariés isolés posent des défis majeurs en termes de gestion des organisations.

  • Quelles solutions pour identifier et valoriser les qualités propices à la résilience chez les managers ?

En particulier en adressant les sujets suivants :

  • Identification des qualités de résilience dans les profils lors des processus de recrutement
  • Identification et valorisation de la pluralité et de la complémentarité des profils dans l’organisation (certains profils moins valorisés en temps normal se déploient pendant ces temps de crise)
  • Intégration de ces éléments dans des processus d’évaluation RH (plus fins, plus fréquents, …)
  • Quelles solutions pour tirer les leçons de la gestion de cette crise et anticiper d’autres scénarios de crise ?

En particulier en adressant les sujets suivants :

  • Compétences en scénarisation de risques et résilience très développées dans certaines organisations (défense, risque industriel, opérateurs d’intérêt vital, …) mais peu de diffusion aux autres, donc comment permettre à d’autres organisations de s’en inspirer
  • La crise a révélé un nombre beaucoup plus important d’acteurs concernés par des risques potentiels, et par des risques plus larges qu’imaginé, dont certains n’étaient pas préparés
  • Outils de diagnostic et d’entraînement à la simulation et gestion de crise nécessaires pour améliorer la résilience en cas de crise (procédures, exercice en conditions réelles, …)
  • Quelles solutions pour équiper les organisations et les managers en tableaux de bord de facteurs de résilience durable et signaux d’alerte pour soutenir la résilience des équipes sur un temps long ?

En particulier en adressant les sujets suivants :

  • Comportements court-termistes pour résister au choc souvent privilégiés au détriment de comportements permettant une résilience durable donc comment intégrer aussi les seconds, par ex. comment veiller au repos et prendre en compte les impacts physiques et psychologiques, assurer la communication à tous les niveaux de l’organisation, …
  • Indicateurs pour les managers afin ne pas perdre de vue les éléments essentiels et saisir la situation de leurs équipes
  • Quelles solutions pour maintenir des liens sociaux et des collectifs solides avec l’intensification du télétravail (même s’il reste partiel) et du travail à distance, et en cas de télétravail à nouveau total ?

En particulier en adressant les sujets suivants :

  • Délitement du collectif profond depuis la crise et impact durable (pas de retour à la situation antérieure, risque de poursuite du délitement malgré un retour sur site partiel)
  • Inégalités exacerbées avec le télétravail (hommes-femmes, conditions de logement, situation familiale, …)
  • Fractures nombreuses aux conséquences incertaines, ex. entre ceux qui ont été beaucoup/davantage sur site et ceux qui y ont été très peu, entre ceux qui ont été au coeur de la gestion de crise et ceux qui ont été distants, entre ceux dont le travail a été considéré essentiel et non essentiel,
  • Les solutions de lien social virtuel déployées durant la crise ne sont pas à la hauteur des enjeux

Thématique 3 : Mobilités et déplacements domicile-travail

La crise a créé une situation inédite mais a aussi modifié en profondeur les comportements des usagers.

  • Quelles solutions pour faciliter la cohabitation entre voitures et le développement de transports doux ?

En particulier en adressant les sujets suivants :

  • Faciliter l’expérience des usagers plus vulnérables (ex : cyclistes) : sentiment d’insécurité physique, conseils d’itinéraire
  • Accompagner les différents usagers pour réussir la cohabitation
  • Faciliter l’intermodalité
  • Quelles solutions pour encourager le retour aux transports en commun des usagers qui sont passés à la voiture pendant la crise ?
  • Quelles solutions pour mieux évaluer l’évolution de la demande ?
  • Quelles solutions pour adapter l’offre de transport ?

Thématique 4 : Logistique et circuits courts

La crise a mis les systèmes logistiques en tension mais au-delà des pénuries réelles des phénomènes artificiels de « ruées » vers les commerces se sont également produits. Par ailleurs, l’Ile de France possède une production locale importante qui permettrait de développer son auto-suffisance, en particulier alimentaire, à la condition d’organiser la filière.

  • Quelles solutions pour développer et mutualiser les lieux de stockage entre petits producteurs (produits frais en particulier) ?

En particulier en adressant les sujets suivants :

  • Référencement des lieux vides/disponibles. Phénomène renforcé pendant la crise avec davantage de lieux disponibles avec la fermeture des lieux publics
  • Problématique d’occupation précaire des locaux
  • Petits producteurs n’ont pas la capacité d’avoir leurs propres lieux de stockage au plus proche du consommateur, enjeu de hubs de distribution mutualisés

  • Quelles solutions pour partager les données entre tous les acteurs de la chaîne (production-logistique-distribution) afin de pouvoir optimiser et mutualiser ?

Profil recherché

  1. Vous êtes entrepreneur.e, seul.e ou en équipe.
  2. Vous souhaitez challenger, développer, enrichir votre projet par l'échange avec des chercheur.e.s spécialistes de ces sujets.
  3. Vous êtes disponibles les 2 et 3 février prochains.

Réf: fa42cfd3-8398-4016-4271-08d9b32fcd7c

Les inscriptions sont fermées.

Partager la formation

Nos formations